Laura Clergue : ''Envie d'aider le padel à se développer en France'' | Fédération Française de Tennis

12/03/2019

Laura Clergue : ''Envie d'aider le padel à se développer en France''

Padel

Double championne de France avec Audrey Casanova, Laura Clergue a tout plaqué il y a deux ans pour s’exiler en Espagne et y tenter sa chance sur le World Padel Tour (circuit international). Installée depuis janvier 2017 à Madrid, elle a troqué son quotidien d’ingénieur dans les transports pour celui de sportive de haut-niveau. Actuellement 58e mondiale, celle qui fut l’une des premières Françaises à se lancer sur le circuit professionnel revient pour fft.fr sur "sa nouvelle vie". Morceaux choisis. 

 

La pionnière

Il y a une phrase que j'adore qui dit : "Un homme avec une idée neuve est un fou jusqu'à ce que l'idée fonctionne". On m'a certainement prise pour une folle de quitter mon travail d'ingénieur sur Aix-en-Provence pour tenter l’aventure dans ce sport quasiment inconnu en France à l’époque, en partant loin de ma famille et de mes amis. Mais je crois que c'était une des meilleures décisions de ma vie car elle a été prise par passion.

Aujourd’hui, plusieurs joueuses et joueurs français se sont eux aussi lancés sur le WPT et je suis contente d'avoir potentiellement pu être un cobaye pour certains. Ils ont vu que c’était possible, que j'avais survécu à cet important changement de vie et surtout que j'avais l'air super épanouie dans ce nouveau quotidien. 

 

La vague française en Espagne

L'arrivée des Français en Espagne a été très remarquée, nous commençons à être nombreux et avec notre accent ils ne peuvent pas nous rater ! Ici, ils m'appellent "Laura la Francesa", c'est peut-être la seule chose qui me distingue car maintenant je me sens vraiment intégrée. Je trouve ça super que, petit à petit, nous parvenions à nous faire une place dans ce cercle très fermé du padel professionnel quasi-exclusivement réservé jusqu'alors aux Espagnols et Argentins. 

 

Premier bilan

C'est une expérience humaine assez incroyable, j'ai vraiment l'impression d'évoluer plus vite. Sportivement mais aussi personnellement. La première année, personne ne m'attendait. Je n'avais aucune pression et chaque victoire était une performance. Aujourd'hui, je me rends compte qu'il n'est pas toujours facile de vivre de sa passion car les résultats et la notion de rentabilité peuvent prendre le dessus sur le plaisir de jouer.  

Vivre d'un sport n'est pas aussi facile que ce que l'on pense. La fatigue physique, la gestion des émotions, de l'échec, de la communication, le travail en équipe, la recherche de sponsors, etc… sont autant de choses que je n'avais pas anticipées mais que j'apprends à gérer chaque jour un peu mieux. Je me sens beaucoup plus armée dans tous ces domaines-là et ça me permet de plus me concentrer sur mon jeu. 

 

Vivre du padel

J’ai quitté mon job d'ingénieur pour venir vivre du padel ici et je veux me donner toutes les chances de progresser le plus vite possible. Mais comme il est quasiment impossible de vivre juste des gains en tournoi aujourd'hui, j'essaie de mettre en place des journées d'animations padel pour des entreprises ou des clubs dans différents pays (France, Espagne, Suisse, Belgique, Sénégal). C'est quelque chose que j'adore faire !

 

Sa préparation pour la saison 2019

Honnêtement, j'ai du mal à enfiler une veste ou à monter des escaliers tellement nous sommes courbaturés durant cette période de présaison. Mais je suis ravie du travail qui est en train d'être effectué avec mon équipe de travail. J'ai changé d'entraineur de padel  (Ana Grandes)et de préparateur physique (Jorge Rodriguez), et nous faisons un gros travail de fond, de simplification de mes coups et de travail de jeu de jambes adapté au padel. J'ai beaucoup joué jusqu'à maintenant, sur ma puissance de frappe et mes acquis du tennis, et pour pouvoir passer un cap, je sais que je dois passer par un travail plus important de modification de certains de mes coups et leurs enchainements.

C'est un travail qui peut être fait seulement durant la pré-saison. Un travail dur et long mais qui ne me fait pas peur. J'ai aussi un psychologue sportif et un nutritionniste et nous travaillons tous en équipe. Ce sont des personnes que j'ai contactées individuellement mais qui communiquent beaucoup pour optimiser mon jeu car il est impossible de dissocier ces différentes approches. Je me sens vraiment très entourée avec cette équipe et l'ensemble de mes coéquipiers d'entrainements. On souffre ensemble, et cela rend tout plus facile. 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Día 30 de pretemporada : Preparados, listos, a sudar ! Jour 30 de presaison : A vos marques, prêts, transpirez ! #perfectholidays #mercipourcemoment #vacancesparfaites #tia #tata sunset #playa #fiesta #posttemporada #france #padel #worldpadeltour #smile #madrid #feliz #deporte #healthy #sportmotivation #citation #gratitude #conganas #passion #madrid #viajes #sportmotivation #sportwear #fitnessmotivation #fitgirl #padelmagazine . @addixware @akibaycontact @padelaroundfr @aggfisioterapia @bullpadelsport

Une publication partagée par Laura Clergue (@laura_clergue) le

 

 

 

Son modèle

Je suis une fan absolue de Belasteguin. Il a un sale caractère, mais il joue comme un dieu. Il n'a pas beaucoup de main comme d'autres joueurs mais c'est un perfectionniste, un acharné de travail et ces gens-là m'impressionnent plus que ceux qui sont nés avec des facilités. Je suis stupéfaite de voir à quel point il est toujours juste, concentré, constant. Il joue intelligemment sans fioriture. C'est sûrement mon côté ingénieur qui parle mais j’adore son efficacité incroyable et sa faculté à ne jamais sortir de son plan de jeu. Je l'admire beaucoup.  

 

Ses rêves en padel

Cette saison, j’aimerais stabiliser mon classement pour intégrer les tableaux finaux du World Padel Tour mais mon rêve est de continuer à vivre de quelque chose qui me passionne, qui me challenge, qui me donne envie de sortir du lit le matin. Aujourd'hui, être joueuse professionnelle me fait vibrer. Le jour où cela ne m'épanouira plus, quelles que soient les raisons, alors je provoquerai et saisirai une nouvelle opportunité. Mais je vois mon avenir dans le padel. J'ai vraiment envie d'aider ce sport à se développer et à évoluer en France.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Muy feliz de anunciaros que mi nueva compi para el @worldpadeltour_oficial será la gran @raquelsegura_padel ! Tenemos que arreglar 2 o 3 cositas todavía jaja : ver que idioma hablaremos en la pista y quien tomará el centro (Raquel es zurda) y después estaremos listas !Intentaremos sobrevivir a la pretemporada  porque tenemos muchas ganas de empezar ya a competir en marzo, vamos compañera ! Très contente de vous annoncer que ma nouvelle coéquipière pour le circuit @worldpadeltour_oficial est la grande @raquelsegura_padel ! . Deux trois petites choses à régler encore : quelle langue nous parlerons sur le terrain et qui prendra le centre (Raquel est gauchère) et après on sera prêtes ! . On essaiera de survivre à cette présaison parce qu’on a très envie de commencer déjà le circuit en mars ! allez compi ! . #perfectholidays #mercipourcemoment #vacancesparfaites #temporada2019 #playa #fiesta #pretemporada #france #padel #worldpadeltour #smile #madrid #feliz #deporte #healthy #sportmotivation #citation #gratitude #conganas #passion #madrid #viajes #sportmotivation #sportwear #fitnessmotivation #fitgirl #padelmagazine . @addixware @akibaycontact @padelaroundfr @aggfisioterapia @bullpadelsport

Une publication partagée par Laura Clergue (@laura_clergue) le

 

Propos recueillis par Amandine Reymond